"Dans l’espace virtuel, l’inhibition des élèves est levée"